Val-de-Marne : Tout savoir sur cette formation aux métiers de l’énergie, c’est 95 % d’embauchés à la sortie

0
23

L’Institut français de formation en énergétique (Iffen), à Villeneuve-Saint-Georges, vient officiellement de devenir un CFA. Un agrément illustrant la réussite de ce centre où l’on apprend des métiers qui recrutent : froid, chauffage, climatisation, électricité solaire…

Mohamed était animateur pour enfants, Kaddour dirigeait des entreprises dans le transport et la sécurité, Franck était technicien de maintenance chez McDonald’s. Tous les trois viennent d’entamer une reconversion et une nouvelle vie en intégrant l’Institut français de formation en énergétique (Iffen), à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), pour se former à des métiers qui recrutent : les professions du froid, de la climatisation et du chauffage.

L’Iffen, c’est ce grand bâtiment de 4200 mètres carrés longeant la N 6 qui a remplacé en 2013 l’ancien site EDF squatté durant des années. Un sacré pari à l’époque pour son fondateur et président, Abdoul Benamer, un ingénieur issu des Mines ParisTech.

Des formations désormais financées

Sept ans après l’arrivée de ses premiers élèves, on peut dire qu’il a réussi son pari. Son institut ne désemplit pas, les recruteurs (Dalkia, Fraikin, Petit Forestier…) se battent pour embaucher ses diplômés, 95 % trouvent du travail en sortant et, cerise sur le gâteau depuis fin août, l’institut est désormais officiellement reconnu comme un CFA (centre de formation d’apprentis).

Concrètement, cet agrément signifie que la formation de sept mois coûtant 13 400 euros pourra être payée via les aides de l’Etat et un contrat d’apprentissage. Jusqu’à présent, certains élèves parvenaient à se la faire financer en partie ou en totalité (grâce à Pôle emploi, la région…) mais tous n’y arrivaient pas.

Autre avantage d’avoir obtenu l’agrément CFA : « Le contrat d’apprentissage est plus facile à obtenir pour un jeune qu’un contrat de professionnalisation, qui offre moins d’avantages fiscaux pour l’entreprise », note Nadia Souak, directrice commerciale et administrative de l’Iffen. Enfin, « le CFA génère des diplômes reconnus par l’Education nationale et pas seulement des formations certifiées », ajoute Emmanuelly Gougougnan, adjoint au maire de Villeneuve-Saint-Georges chargé du budget et du développement économique.

Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), le 7 septembre 2020. L’Iffen est installé sur 4200 mètres carrés le long de la N 6. LP/Marine Legrand
Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), le 7 septembre 2020. L’Iffen est installé sur 4200 mètres carrés le long de la N 6. LP/Marine Legrand

De quoi doper encore un peu plus la fréquentation de l’Iffen. A 63 ans, cet élève est revenu sur les bancs de l’école car il souhaitait monter en compétence : « J’étais installateur sanitaire, un travail assez fatigant. Comme je dois travailler jusqu’à 67 ans car je n’ai pas assez cotisé en France pour ma retraite, j’ai souhaité devenir technicien de maintenance dans les clims, moins pénible physiquement. »

Un de ses camarades de promo, Areski, 55 ans, est ancien peintre pour les Monuments historiques. « Licencié économique, j’ai voulu changer de voie. J’avais étudié la chimie organique donc tout ce domaine du froid, du génie climatique, ça me parle et j’aime ça. » Il connaît aussi la réputation de l’Iffen, qui lui assure de trouver un poste à la sortie.

Franck, lui, a négocié une rupture conventionnelle avec McDo pour se lancer dans cette voie où il est sûr de trouver du boulot. « Mais je finance la formation sur mes deniers personnels », confie-t-il. Kaddour, ancien champion de boxe thaï, a vu ses sociétés de transport et sécurité mises en grande difficulté à cause du Covid-19. « Heureusement, la région a lancé un dispositif pour aider les cas comme le mien. Ils payent une grande partie de ma formation. Mais il a fallu passer une sélection draconienne : dossier très fouillé, stage bénévole obligatoire, promesse d’embauche… »

Donner aux élèves les codes de l’entreprise

Nadia Souak songe aussi au parcours de ce garçon : « Quand il est venu nous voir, son travail consistait à ranger des médicaments à l’hôpital Henri-Mondor à Créteil. C’était un petit jeune qui en voulait. Il venait d’avoir un bébé et voulait se stabiliser. Il a fait une formation chez nous, a appris le métier. Aujourd’hui, il est responsable du pôle froid et climatisation de tout l’AP-HP ! »

« L’Iffen a su s’adapter au public local, celui en échec scolaire par exemple ou en reconversion, analyse un observateur de l’économie val-de-marnaise. Il fait aussi des modules de pré-recrutement pour donner aux élèves les codes de l’entreprise, loin de ceux de la cité, les préparer aux tests, casser leurs mauvaises habitudes. »

En pratique, l’institut dispense à la fois des formations longues de sept mois et d’autres, plus courtes. Des rentrées s’effectuent régulièrement au cours de l’année. Le personnel est là pour aider les candidats à s’y retrouver dans la jungle des financements, des conventions et des démarches administratives à effectuer (Pôle emploi, région Ile-de-France, Compte personnel de formation…).

«Je cherchais un métier d’avenir», Mohamed, 21 ansDevant les tuyaux et les grosses machines, Mohamed écoute patiemment son enseignant. A 21 ans, le jeune homme a choisi l’Iffen pour mener une reconversion totale. « J’étais animateur pour enfants, explique-t-il. Je cherchais une réorientation professionnelle. Je cherchais surtout un métier d’avenir. Et j’ai trouvé l’Iffen. Il forme aux métiers du froid, de la clim, du chauffage, un secteur qui recrute. » Aujourd’hui, Mohamed suit le cursus pour devenir technicien de maintenance des équipements de confort climatique.

Un jour, la directrice l’aperçoit assoupi sur une table, dans une salle. « Je l’ai interrogé, ne trouvant pas cela très sérieux », confie Nadia Souak, directrice commerciale et administrative de l’Iffen. « En fait, il m’a expliqué qu’il travaillait la nuit en tant que chauffeur VTC pour pouvoir payer sa formation chez nous. Cela m’a touchée… », lâche-t-elle, émue par la motivation et la détermination de Mohamed.

Iffen, 152, rue de Paris, à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne). Formations tout au long de l’année. Tél. : 01.43.82.59.75. www.iffen.fr

source: https://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/val-de-marne-cette-formation-aux-metiers-de-l-energie-c-est-95-d-embauches-a-la-sortie-16-09-2020-8386014.php

Laisser un commentaire, votre avis compte!

Laisser un commentaire, votre avis compte!