Hommage à Samuel Paty: Que disait la lettre de Jean Jaurès? Découvrez quelques mots

0
129

Ce document a été publié dans La Dépêche en 1888 et sera lu dans toutes les écoles ce lundi en hommage à Samuel Paty, l’instituteur décapité de Conflans-Sainte-Honorine.

« Les enfants qui vous sont confiés n’auront pas seulement à écrire et à déchiffrer une lettre, à lire une enseigne au coin d’une rue, à faire une addition et une multiplication. Ils sont Français et ils doivent connaître la France, sa géographie et son histoire : son corps et son âme. Ils seront citoyens et ils doivent savoir ce qu’est une démocratie libre, quels droits leur confère, quels devoirs leur impose la souveraineté de la nation. » Voilà comment débute la lettre de Jean Jaurès aux institutrices et aux instituteurs qui sera lue à tous les élèves lundi, à 11 heures, lors de l’hommage à Samuel Paty, l’enseignant décapité.

Sans doute moins connue que le « Discours à la jeunesse », cette succession de conseils avait déjà été déclamé à la Sorbonne il y a dix jours, devant le cercueil du professeur assassiné, par son ami Christophe ­Capuano, maître de conférences en histoire à Lyon. « C’est tout à fait indiqué dans ces circonstances, puisqu’on y défend avec force les principes républicains que tentent de mettre à mal les fondamentalistes et les terroristes », juge Vincent Magne, qui la fera découvrir, sans doute dans son intégralité, à une classe de terminale, après l’avoir contextualisée.

« Un très bon choix »

Cet enseignant dans un gros lycée professionnel de Troyes (Aube), secrétaire général adjoint de l’Association des professeurs d’histoire-géographie, salue aussi le « très bon choix » de la figure de Jean Jaurès. « Jules Ferry, à qui l’on doit pourtant l’instruction obligatoire et l’éducation morale et civique, aurait été une moins bonne idée, en raison de ses positions polémiques sur la colonisation », estime-t-il.

Lorsque Jean Jaurès, l’ancien professeur de philosophie, écrivit une chronique à ses pairs dans La Dépêche en 1888, le fondateur du Parti socialiste n’avait que 29 ans. «Les thèmes futurs sur les questions scolaires existent déjà: la lecture pour tous, qui est la clé du savoir; la liberté des enseignants de construire leurs propres paquets intellectuels; la critique des méthodes pédagogiques sur-formatées», commente Agnès Sandras, directrice de la Bibliothèque nationale de France. Vincent Magne a ajouté: « A cette époque, Jaurès faisait partie de la lutte contre le pouvoir politique de l’Église. Pour Jean Luke Auduque, chef du département d’histoire et président du comité d’éthique de l’Ecole de Versailles -Luc Auduc), cela abonde: dans les circonstances actuelles, il est logique d’appeler l’intrigant promoteur de l’école laïque. L’ajout d’une éducation morale laïque en soi signifie ne pas s’appuyer sur des croyances religieuses. « 


SOURCE: https://www.w24news.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube en cliquant ici

Vidéo du jour: De la cocaïne retrouvée dans une école maternelle de Seine Saint Denis, deux enfants hospitalisés

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire, votre avis compte!